La banque avait connu, il y a quelques années, la vague verte de l’économie durable et responsable ; l’heure est aujourd’hui à une vague nouvelle, celle des ondes bleues de l’intelligence artificielle. C’est bien l’intelligence artificielle (IA) qui est identifiée par les régulateurs comme une des technologies ayant le plus fort impact sur le secteur de la finance au cours des années à venir : jusqu’à 30 % des projets des grandes banques françaises actuellement en cours de développement portent majoritairement sur l’IA. Les bénéfices attendus de l’IA en matière de relation clientèle et de gestion des risques sont nombreux et encore diffus. La révolution numérique provoque une onde de choc sur le secteur bancaire et financier dont la secousse transforme à la fois les structures et les acteurs.

La transformation numérique est un « choc structurel » inévitable pour le secteur bancaire. Ce constat, qui n’est pas sans une certaine violence mâtinée de crainte, est partagé par la majorité – voire l’unanimité- des établissements bancaires français.
Dans ce contexte, la technologie des « chaînes de blocs » (blockchains) apparaît comme un gisement sans précédent d’opportunités (et de risques), en s’appuyant sur des techniques informatiques et cryptographiques permettant une solution de confiance décentralisée. La technologie blockchain est née de son usage pour le cyber-actif Bitcoin en 2009, dont les transactions sont enregistrées sur une chaîne de blocs publique non permissionnée, c’est- à-dire sans régulation d’accès ni forme d’autorité centrale.

La révolution numérique n’est pas que technologique car elle induit aussi une profonde mutation du comportement des clients (particuliers, professionnels, entreprises, investisseurs). Ce changement de culture d’entreprise pourrait certainement être appuyé par les perspectives intéressantes qu’offrent les RegTech en matière de contrôle et de gestion des risques (risque, finance, audit, conformité). Une architecture telle que la chaîne de blocs peut être une réponse extrêmement efficace en réponse à divers dispositifs

nternes tels que celui de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, ou encore celui du risque opérationnel et de conformité.
La révolution numérique amorce aussi de nouvelles dépendances, alors que les conglomérats bancaires et financiers se pensaient hors d’atteinte de toute capture économique. En effet, le savoir-faire technologique devient un aspect stratégique qui symbolise une forme nouvelle d’assujettissement numérique à l’égard des fournisseurs de systèmes d’exploitation. C’est donc l’ensemble de l’écosystème bancaire qui subit une transformation de grande ampleur, dans laquelle la blockchain constitue un des aspects phare.

La technologie des chaînes de blocs est à la fois le résultat de la révolution numérique, dont elle a exploité les réseaux interconnectés de data, et la cause de cette même révolution dont elle accentue les effets, en instaurant une architecture dématérialisée permettant la circulation de données et de crypto-actifs. L’émergence du bitcoin et des autres crypto- actifs bouleverse les modalités du financement et déséquilibre l’assise des industries bancaires traditionnelles. En effet, les ICO (Inital Coin Offering) contournent les circuits bancaires traditionnels qui se trouvent placés dans une situation de concurrence inattendue.

Il résulte une impression de grand chambardement, de reconfiguration des rouages du financement et, in fine, une redistribution des rôles des différents acteurs. La blockchain est un défi majeur pour les banques qui peuvent se l’approprier et en tirer de nombreux avantages (I). Mais la technologie est réversible et peut reprendre d’une main ce qu’elle a donné de l’autre : la blockchain constitue aussi l’instrument d’un contournement des banques qu’elle remplace dans leur fonction de tiers de confiance et de financeurs (II). La blockchain, avec ou sans la banque ? L’interrogation dissimule à peine la révolution numérique de velours qui est en train d’opérer à l’échelle globale.

[…]

A paraître au Dalloz.

et

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires