Une chaire d’excellence pluridisciplinaire dans le domaine de la recherche en droit sur l’intelligence artificielle

« L’esprit européen, a subi – ou accompli – une révolution spirituelle très profonde, révolution qui modifia les fondements et les cadres mêmes de notre pensée, et dont la science moderne est à la fois la racine et le fruit ».

A Koyré, Du monde clos à l’univers infini,  1957.

 

En hommage à Alexandre Koyré (1892-1964) – mathématicien, philosophe, et historien des sciences, illustre théoricien de la “révolution scientifique” – la chaire Droit économique et Intelligence artificielle ambitionne d’explorer, analyser et critiquer le phénomène Deep Tech, sous l’angle juridique.

Parmi les thématiques abordées au sein de la chaire, les questions inhérentes à :

  • La protection des données dans le cadre des smart cities
  • L’encadrement juridique des standards blockchain émergents.
  • La normalisation des usages des technologies de convergence entre blockchain et IA.

 

La Chaire Alexandre Koyré est dirigée par le Professeur Marina Teller, responsable du programme scientifique DL4T.

La Chaire A. Koyré 2018 - 2019

Capture d’écran 2018-10-22 à 03.06.53
Crédit: Bozar

Le titulaire de la chaire, Gregory Lewkowicz

Pour l’année 2018- 2019, le titulaire de la chaire est le professeur Gregory Lewkowicz.

Gregory Lewkowicz est professeur à l’Université libre de Bruxelles et directeur du programme droit global du Centre Perelman de la Faculté de droit et de criminologie. Il est professeur invité récurrent de droit global à HEC Paris ainsi qu’à la Goethe Universität Frankfurt. Il est titulaire du cours « Smart Law : Indicators, Algorithms and Big Data » du master en droit économique de l’école de droit de Science Po Paris. Il enseigne également à Paris II Panthéon-Assas dans le cadre du programme « Transformation Numérique du Droit et Legaltech ». Il est également Directeur de la Global & Transnational Law Society (Genève), Président de l’Incubateur européen du barreau de Bruxelles et Membre du pôle numérique du Club des juristes (Paris).